Tentative de catégorisation des vélos de voyage

Tentative de catégorisation des vélos de voyage
Les Vélos Migrateurs est un média participatif
Racontez-nous vos voyages
Par
éditeur

Si pour les néophytes la notion même de vélo de voyage est assez floue (« C’est quoi la différence avec “un vélo normal” ? »), quand on considère d’un peu plus près la question on réalise que des vélos de conceptions différentes peuvent répondre aux besoin de diverses façons de voyager.

Dans l’ensemble, les vélos destinés à l’itinérance se rejoignent sur des caractéristiques de robustesse et de confort, mais de nombreuses nuances et même certaines caractéristiques plus contrastées permettent de distinguer encore des catégories au sein de la catégorie.

Pelago Stavanger

Trois approches très différentes, avec le Pelago Stavanger, le Santacruz Chameleon, et le Riverside Touring 900

Pour ma part j’observe souvent les vélos de voyage selon deux dimensions qui détermineraient leur nature : une première qui considère le type de sols envisagé, du bitume bien lisse aux pistes caillasseuses, et une autre qui oppose le confort (par la position du cycliste, par le lot d’équipements qu’il peut emporter avec lui) à la performance ou au “fun” (vélocité, agilité, etc.).

Ces traits de caractères sont la base de la classification esquissée ici.
Il va de soi qu’elle sera imparfaite par nature, dans la mesure notamment où le jeu des nuances ne permet pas d’établir des frontières nettes. On pourrait imaginer déplacer le curseur de l’une ou l’autre des catégories. On pourrait aussi envisager une plus fine granularité (je fais moi-même quelques suggestions).
Les quatre classes distinguées ci-après pourront néanmoins aider certaines personnes à s’y retrouver dans l’offre aujourd’hui assez vaste des vélos de voyage, en fonction de leurs aspirations. Aux plus experts, elles inspireront peut-être des contestations, peut-être suciteront-elles des discussions ; et qui sait, un jour peut-être arriverons-nous à tomber d’accord sur ce que nous voulons dire quand nous parlons de vélos de trekking, de monstercross, d’ATB, etc. ;)

La randonneuse légère

Fairlight Secan

Fairlight Secan

Il s’agit d’un type de vélo essentiellement routier (avec une certaine tolérance pour le gravel, d’ailleurs beaucoup mise en avant depuis quelques années). Il est prévu pour rouler assez vite, et surtout longuement. On le retrouve typiquement sur des épreuves sportives d’endurance telles que le Paris-Brest-Paris ou la Transcontinental Race.
Il se distingue du vélo de course ordinaire par une géométrie plus confortable qui permet d’enchaîner les kilomètres par centaines en limitant les douleurs. Il adopte aussi généralement des pneus un peu plus larges, qui procurent un meilleur confort et s’adaptent mieux à des passages sur chemins non revêtus. On le voit souvent équipé de garde-boue et d’éclairages. Son guidon adopte les courbes du cintre routier, et il n’est pas rare de le voir complété par des prolongateurs façon triathlon (qui offrent une position de repos pour le haut du corps).
Bien que souvent équipé des œillets nécessaires au montage de porte-bagages, la conception de son cadre mise sur la légèreté (tubes fins, fourche en carbone, etc…) et ne permet d’emporter qu’une charge modérée. En conséquences, la transmission se prête à rouler plus vite et permet moins de mouliner dans les côtes que sur d’autres vélos de voyage.

Rondo Ruut AL, Breezer Inversion, Fuji Jari

Équilibre :
Route ☆☆☆ ↔ ☆ Piste
Sport ☆☆☆ ↔ ☆ Confort

Champ lexical : randonneuse légère, audax, brevet, endurance…

Exemples : Specialized Diverge Elite E5, Fairlight Secan, Fuji jari, Brother Mehteh, Rondo RUUT AL, Cannondale Topstone 3

–––

Le cyclotouriste

Surly Disc Trucker

Surly Disc Trucker

Sous cette catégorie on pourrait sans doute encore distinguer des variantes selon que l’on parle de vacances sur les voies vertes ou de voyages autour du monde, selon qu’il s’agit d’arpenter des kilomètres de bitume ou de gravier, selon le choix du guidon autour duquel s’organisent le confort et la géométrie du vélo, etc.

Dans tous les cas, il est question d’engins robustes, souvent fabriqués en acier, capables d’emporter beaucoup de charge. On les trouve typiquement pourvus de porte-bagages (au moins à l’arrière, et souvent à l’avant), voire aussi d’une béquille.
Leur géométrie se veut confortable, sans verser dans une position aussi droite que sur un vélo de ville. (Il s’agit d’arriver à hisser tous ces bagages dans les cols de montagne !)
De façon générale, et plus particulièrement quand il s’agit de se lancer dans de grandes pérégrinations, une sélection de composants simples et durables est retenue, des composants qui pourront aussi être aisément réparés ou remplacés en cas de défaillance.
Côté transmission, on trouve ici de tout petits développements qui permettent de grimper aux arbres.
On trouvera le plus souvent sur ces vélos des guidons multi-positions : cintre de course ou de gravel, guidon papillon ou à cornes, guidons VTT alternatifs… En ce qui concerne les roues, tout est permis : du standard robuste en 26” à l’efficacité du 28”, en passant par le compromis du 650b. Les pneus s’échelonnent généralement entre des largeur de 35 mm pour la route et 2,2” (56 mm) pour la piste, avec plus ou moins de crampons selon les cas, et bien souvent une excellente résistance à la crevaison, ainsi qu’une bonne durée de vie.

Kona Sutra, Koga World Traveller, et Riverside Touring 900

Équilibre :
Route ☆☆ ↔ ☆☆ Piste
Sport ☆ ↔ ☆☆☆ Confort

Champ lexical : randonneuse, touring, trekking, long-cours, tour du monde, cyclotourisme…

Exemples : vsf fahrradmanufaktur TX 400, Trek 520, Riverside Touring 900, Kona Sutra, Koga WorldTraveller, Surly Disc Trucker

–––

L’A.T.B.

8bar TFLSBERG

8bar TFLSBERG

Le terme d’All Terrain Bike (ATB) nous est arrivé récemment des États-Unis. Je le trouve assez pertinent pour désigner une de mes catégories, mais suis bien embêté s’agissant d’en proposer une traduction. Car s’il signifie littéralement “Vélo Tout Terrain”, il ne recouvre pas tout à fait le même champ que ce qu’on appelle ici VTT (“Mountain Bike” en anglais), se focalisant plus spécifiquement sur des engins dépourvus de suspensions, mais incluant aussi certains gravels

Cette famille de vélo s’est particulièrement développée avec l’avènement du bikepacking. Ils sont prévus avant tout pour arpenter les chemins de terre, mais ne visent pas le franchissement d’obstacles à toute allure.
Ici encore on pourrait distinguer des variantes, selon que le modèle est décliné des standards du VTT ou de la route (guidon, géométrie, freins, etc.), et sans doute encore une variante pour le fat bike. Mais quelque soit le format dont ils découlent, tous ces vélos adoptent des caractéristiques tempérées par une recherche de confort et une bonne capacité à emporter des bagages. En outre, ils ont en commun d’accepter des pneus très larges : jusqu’à 3” pour certains modèles, et même bien au-delà en ce qui concerne les fat bikes.
On retrouve dans cette catégorie aussi bien des vélos à guidon droit que pourvus d’un cintre gravel, ou bien aussi communément de guidons alternatifs tels le Jones Loop ou le Koga Denham. Même équipés d’un cintre gravel, il n’est pas rare qu’ils soient pourvus d’une transmission VTT, mieux adaptée au transport de bagages et au franchissement de pentes raides.

Cinelli Hobootleg Geo, Kona Bombtrack Beyond+, et Surly Ice Cream Truck

Champ lexical : VTT de voyage, ATB, Gravel Progressif, Monstercross, Fat Bike, Dirt Road…

Équilibre :
Route ☆ ↔ ☆☆☆ Piste
Sport ☆☆ ↔ ☆☆ Confort

Exemples : Salsa Mukluk, 8bar TFLSBERG Steel Bikepacking, Genesis Longitude, Surly Ogre, Cinelli Hobootleg Geo, Breezer Radar X Pro

–––

Le Shredpacker

Salsa Spearfish

Salsa Spearfish

Ce serait un peu le pendant de la randonneuse légère, du côté VTT : un vélo de sportif, capable néanmoins d’emporter un équipement minimal pour le bivouac. Biens que pensés pour des vététistes habiles, ces vélos ne sont pas orientés vers la compétition mais vers le plaisir du plein air. Ce sont des vélos plutôt techniques, sans doute pas très adaptés à de grandes pérégrinations, et qui perdraient leurs qualités de pilotage si on les chargeait autant que des vélos de cyclotourisme. Ils peuvent néanmoins constituer de bons destriers pour des échappées de quelques jours en pleine nature.
Qu’ils disposent de suspensions sur la fourche uniquement ou aussi à l’arrière, ils arborent pour l’essentiel des caractéristiques semblables à leurs équivalents non orientés voyage (pneus, freins, transmission, géométrie…), mais peuvent disposer d’œillets de porte-bagages quand leur cadre est rigide, ou du moins d’un espace optimisé dans le triangle avant pour y faire cohabiter suspension et sacoche de cadre.
Noter que certains vélos mentionnés ci-dessus dans la catégorie “ATB” peuvent optionnellement recevoir une fourche télescopique. Pour peu que leur géométrie soit assez sportive, cette modification peut leur ouvrir la porte de cette autre catégorie.

Pivot Trail 429, Santacruz Chameleon, Bombtrack Cale

Champ lexical : VTT suspendu, Semi-Rigide, Trail, All moutain, Shredpacking…

Équilibre :
Route ☆ ↔ ☆☆☆ Piste
Sport ☆☆☆ ↔ ☆ Confort

Exemples : Nordest Sardinha, Santa Cruz Chameleon, Bombtrack Cale, Salsa Spearfish, Kona Hei Hei, Pivot Trail 429

–––

Les cas particuliers

Vélo Brompton, avec sacoches Restrap

Brompton C Line Explore

À ces quelques catégories, on pourrait encore ajouter les vélos spéciaux : VAE, vélos pliables, tandems, cargo, couchés… Tous ces vélos un peu hors-la-norme apportent leur lot d’avantages et d’inconvénients. Mais au-delà de leurs spécificités, on pourra généralement les rattacher à l’une ou l’autre des catégories énumérées ci-dessus.

  • Dans le cadre de l’itinérance, le vélo électrique facilite évidemment le portage des bagages, mais il nécessite en revanche de trouver un point de recharge quotidien.
  • Le vélo pliable est plus facile à nicher dans le coffre d’une voiture, et peut se conformer au format d’un bagage ordinaire pour le train, le bus, l’avion. Il peut cependant s’avérer plus fragile et moins confortable qu’un vélo ordinaire.
  • Le tandem est souvent apprécié quand l’un des deux voyageurs ne se sent pas les mêmes capacités que son acolyte. Pour la personne installée à l’arrière, le rôle peut toutefois être un peu passif.
  • Le vélo cargo permet d’emporter un gros chargement. Il est aussi parfois retenu pour emporter son animal de compagnie avec soi. Le faire entrer dans les transports publics peut par contre être compliqué, et il y a le risque de s’équiper trop lourdement…
  • Le vélo couché offre un grand confort et peut éviter des douleurs typiques du vélo droit. C’est souvent aussi sur ce modèle que sont déclinés des vélos adaptés à des handicaps. Il s’agit toutefois de machineries un peu compliquées à réparer au bout du monde.

Et ce qui est chouette avec les vélos atypiques, c’est que leurs particularités peuvent encore être combinées, pour donner des machines vraiment originales !

Trike HP Velotechnik Scorpion Plus 26 à assise haute !

Un trike HP Velotechnik Scorpion Plus 26 à assise haute, pliant et suspendu !

Pour recevoir par email les nouvelles publications, inscrivez-vous.

Après cinq ans passés au Proche-Orient et en Amérique Centrale, je suis venu au vélo par intérêt pour le voyage. D’abord un tour en ma Bretagne natale, puis quelques équipées sur des terrains plus relevés, et bientôt je partais pour six mois de route entre Asie du Sud-Est et Asie Centrale.
Il m’est difficile à présent de concevoir un voyage sur un autre mode ; et pour toutes mes vacances ou presque, ainsi qu’un certain nombre de mes week-ends, je charge le matériel de camping pour une échappée vélocipédique au grand air, au pas de ma porte ou au bout du monde.

Informaticien à mes heures perdues, je suis également le développeur-éditeur-modérateur-dictateur de ce site, et du planificateur de voyages Talaria.

Enfin, ma dernière lubie en date est de fabriquer des vélos sur mesure.

éditeur 156 billets 94 commentaires
Écrire un nouveau commentaire
Recevoir par email les commentaires publiés sur cette page :