Quand les artisans cadreurs font de la série

Quand les artisans cadreurs font de la série
Les Vélos Migrateurs est un média participatif
Racontez-nous vos voyages
Par
éditeur

On a déjà parfois mentionné le vélo artisanal sur Les Vélos Migrateurs. Depuis une décennie environ, après avoir frôlé la disparition au tournant des années 2000, le métier de cadreur fait son retour.

En comparaison avec le vélo industriel, le modèle artisanal s’inscrit dans une modernité redéfinie, qui relocalise l’économie, rétablit du lien social entre producteur et acheteur, réaffirme les valeurs de qualité et de durabilité.

Quand les artisans cadreurs font de la série

© Méral, © Distance, © Soum, © Méral

Une logique qu’il est toutefois encore difficile de faire valoir. Sous le rapport du prix (dont on sait la place prépondérante qu’il a acquise), le modèle industriel est un rouleau compresseur qui laisse encore peu de place aux alternatives. Et si les artisans fabricants de cycles exercent leur métier avec passion, ils rencontrent des difficultés à facturer leur travail à sa juste mesure. Les vélos artisanaux sont coûteux, et malgré cela leurs créateurs peinent à tirer des revenus satisfaisants.

C’est pourquoi certains d’entre eux, en parallèle de leur travail proprement sur-mesure et à la carte, s’essayent à fabriquer aussi des vélos en petites séries. En se tenant encore très à distance des logiques industrielles, ils réalisent des vélos sur des modèles établis à l’avance, en adoptant un mode fabrication sobrement rationalisé.
Cette façon de travailler n’offre certes plus au client la possibilité d’une personnalisation dans les moindres détails, mais elle lui donne accès aux autres vertus du travail artisanal, pour un tarif plus abordable, avec de surcroît la satisfaction de rémunérer plus justement le temps de travail, et en bonus des délais de livraison considérablement réduits.

Quand les artisans cadreurs font de la série

© Méral

Passons en revue certains de ces vélos de série plus particulièrement dédiés à l’itinérance, proposés par six cadreurs Français. On verra qu’un beau panel de machines est d’ores et déjà disponible dans le monde du cycle artisanal, et que chaque fabricant a sa propre approche de ce travail.

Méral et ses Francis & Francette

À l’origine de Méral, il y a Cyfac. Et avant Cyfac, il y avait Méral !
Ces deux marques de renom ont vu leurs histoires s’entremêler depuis les années 70. Méral s’est d’abord fait une réputation pour ses vélos de randonnée, puis Cyfac lui a succédé et s’est illustrée en fabriquant les vélos de champions du cyclisme dans les années 90. Après la difficile passe des années 2000, l’entreprise est revenue au premier plan de la scène du vélo sur-mesure. Et c’est en 2019 que Cyfac fait renaître l’enseigne Méral, pour développer un nouveau travail de vélos artisanaux de série.

Logo Méral

Des artisans présentés ici, Méral est celui dont la logique de série est la plus conforme à ce qu’on imaginerait spontanément. Mais il ne faut pas se méprendre : on est très loin des échelles de l’industrie taïwanaise. Des vélos Méral sont produits chaque mois par séries de cinq à dix. Les usinages des tubes sont réalisés par lots – ce qui permet de gagner beaucoup de temps sur le réglage des machines – et les vélos qui n’ont pas déjà fait l’objet d’une commande sont stockés avec leur seul traitement anti-corrosion, avant d’être peints au goût du client.

Méral FrancetteMéral FrancisMéral FrancisMéral FrancisMéral FrancetteMéral FrancetteMéral Francis

© Cyfac International / Julien Boulanger

Les cadres Francis et Francette portent les noms de deux figures emblématiques de la première génération Méral. Ce sont deux variantes d’une même randonneuse aux traits classiques – l’une adressée aux messieurs, l’autre aux dames – qui évoquent une époque où on ne se déplaçait pas moins à vélo qu’en voiture.
Ce côté vintage, ces vélos le doivent pour bonne part aux lignes de leurs tubes et à leurs assemblages par manchons brasés. Ces vélos sont néanmoins pourvus d’interfaces modernes, tels les axes traversants ou les freins à disques flatmount.

  Francis & Francette
Matériau Tubes acier Columbus Zona manchonnés
Tailles - S, M, et L
- XS et XL sur demande
- Forme trapèze ou diamant
Couleurs - Six couleurs de base
- Autres couleurs et effets visuels en options (effets de peintures, décalques, etc.)
Montages - Kit cadre : 2090 €
- Montage Campagnolo Centaur : 4490 €
- Montages à la carte
Délais De dix jours à deux mois

On peut évidemment se procurer un Francis ou une Francette en s’adressant directement à Méral, mais – chose inenvisageable pour le vélo sur-mesure – des partenariats sont liés aussi avec diverses boutiques de cycles pour la commercialisation d’engins montés selon la touche personnelle du commerçant.

Cyfac se faisant une spécialité dans la peinture, de nombreuses options de finitions sont disponibles (couleurs, effets de matière, décalques…)

Les cycles Méral sont basés à La Fuye (près de Tours)
Plus d’infos sur cycles-meral.fr
D’autres bonnes affaires sont aussi possibles dans le "garage" de Cyfac.

Distance et le Croix-Morand

Derrière la marque Distance, il y a les Cycles Victoire, réputés pour leurs vélos sportifs aux finitions parfaites. En enfantant en 2017 de Distance, Victoire s’est lancé le défi d’appliquer son savoir-faire et son exigence dans une logique de vélos fabriqués en série.

Logo Distance

Grâce à sa renommée, Distance peut appliquer une logique de production en série qui lui est propre. Quand un vélo Distance est commandé, un mois de délai est observé pour attendre d’éventuelles commandes supplémentaires. S’il s’en présente (et généralement il s’en présente !), le fabricant peut optimiser sa production. Malgré ce délai les vélos Distance sont livrés trois à quatre fois plus vite que les Victoire.

Distance Croix-MorandDistance Croix-MorandDistance Croix-MorandDistance Croix-MorandDistance Croix-MorandDistance Croix-MorandDistance Croix-MorandDistance Croix-Morand

© Distance

Des modèles proposés sous l’enseigne Distance, deux sont particulièrement indiqués pour le voyage : le Distance 45 et Croix-Morand sorti plus récemment. Ce dernier est aussi le modèle dont la conception est le plus aboutie dans une optique de réduire les coûts du vélo artisanal. Les interfaces des étriers de freins sont intégrées à des pattes rapportées, le routage des câbles s’effectue en externe, les brasures sont laissées brutes… On s’écarte un peu des finitions Victoire, mais l’effet est radical : un cadre Croix-Morand avec sa fourche acier affiche un prix inférieur d’un tiers par rapport à son alter ego en Distance 45.

La sélection de tubes du Croix-Morand le place quelque part entre la randonneuse légère et le cyclo-touriste au long-cours. Conçu sur la base d’un cintre de route et de pneus de 50 mm, on peut aussi le présenter comme un gravel d’itinérance. Des pattes arrière rapportées autorisent diverses logiques de transmission (dérailleur, pignon fixe, moyeu à vitesses) et le choix de l’interface des freins à disques (ISO, Flatmount, Postmount).

  Croix-Morand
Matériau Tubes acier Columbus Zona et Dedacciai Zero Uno, soudo-brasés
Tailles S, M, L
Couleurs 15 couleurs au choix
Montages - kit cadre : 2000 €
- mono-vitesse : 2590 €
- Microshift Advent X 1×10v : 2990 €
- Shimano GRX400 2×10v : 3490 €
Options - Variantes de guidons et de freins (incluses dans le tarif)
- Dynamo et éclairage
- Garde-boues
Délais 4 mois

La fourche du Croix-Morand peut aussi être commandée séparément, dans une boutique en ligne où elle figure parmi diverses pièces fabriquées maison et d’autres composants de marques réputées.

Distance est basé à Beaumont (périphérie de Clermont-Ferrand).
Plus d’infos sur distance.bike

Les Cycles Cattin et le Charmant Som

Aux Cycles Cattin, quand on réalise un vélo sur un modèle établi, on demeure très proche de la tradition du sur-mesure.

Les Cycles Cattin sont une des plus anciennes enseignes de vélo artisanal en France : plus de 40 ans d’histoire. Au fil du temps, la marque s’est fait connaître en particulier pour la qualité de ses randonneuses légères, et encore aujourd’hui sa clientèle est constituée pour large part de randonneurs. C’est donc sur la base de ce savoir faire et de ce rapport de confiance que Fabien Bonnet, qui tient les commandes depuis 2015, a décidé de concevoir le premier modèle standardisé qui allait sortir de son atelier.

Logo Cattin

Cattin Charmant SomCattin Charmant SomCattin Charmant SomCattin Charmant SomCattin Charmant SomCattin Charmant SomCattin Charmant SomCattin Charmant Som

© Cattin

Le Charmant Som est un vélo à la fois vif et solide, qui pourra convenir aussi bien à une approche de voyage que de sorties sportives. Il a une prédilection pour la route, mais s’accommode parfaitement des bons chemins.
C’est aussi un vélo qui veut s’affirmer à contre-courant de la frénésie novatrice de l’industrie. Chez Cattin, on fait de la résistance ! Freinage à disques hydrauliques, axes traversants, ou pivot conique : rien de tout ça n’est nécessaire au programme établi pour le Charmant Som – et pourrait même parfois s’avérer une gêne. Le choix de standards simples et largement éprouvés facilite l’entretien du vélo, lui confère un look classique, et évite les surcoûts des nouvelles interfaces. Différents groupes, guidons et roues sont disponibles pour assurer toute une panoplie de montages.

Ici les cadres sont fabriqués seulement par deux, mais le gain de temps est déjà significatif, car cela ne requiert que moitié plus de travail que d’en faire un seul. En outre Fabien reste attaché à l’étude posturale, qui lui permet d’orienter avec certitude son client vers la bonne taille de vélo, et de choisir et régler au mieux les composants impliqués dans la posture du cycliste.

  Charmant Som
Matériau Tubes acier Dedacciai Zero Uno soudo-brasés
Tailles 4 tailles de S à XL, et bientôt aussi XS
Couleurs Au choix
Montages - Kit cadre avec option de composants élémentaires : 2400 € à 2750 €
- 3 montages All Road : 3600 € à 4600 €
- 4 montages Randonneuse légère : de 3500 € à 4400 €
Délais Un à deux mois (si pas déjà en stock).

Les Cycles Cattin sont installés à Grenoble
Plus d’infos sur cyclescattin.fr

Edelbikes et le Mutatus

François Cau, avec sa marque Edelbikes, est un des premiers artisans cadreurs de cette nouvelle génération qui allaient faire renaître le métier.
Depuis 2007, tout en se proposant de réaliser des vélos de tous types, Edelbikes s’est fait une spécialité des machines qui s’affranchissent du bitume, sur un panel s’étendant du gravel au fatbike énervé.

Logo Edelbikes

Or le nouveau Mutatus se situe juste entre ces deux balises. Il s’agit d’un monstercross très caractéristique, avec son cintre de route et des pneus pouvant mesurer jusqu’à 3”. En quelque sorte, le Mutatus est un VTT dont on a ajusté la géométrie pour qu’elle se prête au montage d’un cintre gravel, pour des sensations de pilotage bien spécifiques, à la rencontre des deux univers. Tous les standards adoptés – freins, axes de roues, boîtier de pédalier, etc. – sont ceux du VTT, la géométrie s’en inspire également, de même que la sélection de tubes.

Quand un Mutatus est fabriqué, deux autres sont réalisés du même élan. Pour autant Edelbikes ne revendique pas un processus de fabrication particulièrement optimisé, et demeure attaché au sur-mesure. D’ailleurs une option de dimensionnement sur-mesure (stack et reach) est proposée.
Le vélo de série, c’est d’abord pour François et son collègue Morgan un moyen d’aider le client à s’orienter dans ses choix, et d’éviter des surcoûts dans l’élaboration du projet ou le temps passé à commander toute une variété de pièces et de composants.

Edelbikes Mutatus EffigearEdelbikes Mutatus DérailleurEdelbikes Mutatus DérailleurEdelbikes Mutatus DérailleurEdelbikes Mutatus DérailleurEdelbikes Mutatus DérailleurEdelbikes Mutatus EffigearEdelbikes Mutatus Effigear

© Edelbikes & @davyberruyer

D’ailleurs, sur les trois montages proposés, deux sont particulièrement élaborés, avec leurs commandes de route modifiées pour fonctionner avec des composants VTT. L’un est basé sur une traditionnelle transmission SRAM à dérailleur, l’autre sur une boîte de vitesses Effigear qui met la mécanique à l’abri des chocs et de la salissure. Le dernier joue quant à lui la carte de la simplicité avec sa transmission 1×10 vitesses.
Des modifications sur ces montages sont également envisageables, de même que de menues modifications du cadre tel l’ajout d’inserts.

  Mutatus
Matériau Tubes acier Dedacciai Zero Uno, soudés au TIG
Tailles - Six tailles standards
- Stack et Reach sur-mesure en option
Couleurs - Trois couleurs de base
- Plus de choix en option
Montages - Kit cadre + JDD, version dérailleur : 2150 €
- Kit cadre + JDD, avec boîte Effigear : 3350 €
- Montage SRAM GX : 4610 €
- Montage Effigear : 5240 €
- Montage MicroSHIFT Advent X : 3800 €
Délais Moins de trois mois

Edelbikes est basé à Grenoble.
Plus d’infos sur edelbikes.com

Soum et le Soula

Des logiques de fabrication sérielle passées en revue ici, l’approche de Soum Cycles est celle qui propose le plus original mélange d’unicité et de répétition.

Rémi Couderc est plein de choses à la fois : un artisan, un ingénieur, un vététiste chevronné, et un aficionado du bikepacking.
Tous ces aspects se retrouvent dans ses vélos, et en particulier dans le premier vélo qu’il a conçu dans l’idée de le produire en petite série : le Soula.

Logo Soum

Le Soula est un VTT semi-rigide avec lequel il aime arpenter les montagnes, profitant du paysage dans la montée et dévalant comme un fou dans les descentes, avant d’installer le bivouac en fin de journée. Comme il le présente, c’est “un vélo qui rassure dans le cassant et à haute vitesse tout en permettant d’être réactif dans le sinueux. L’aspect "polyvalent" est au centre de la conception, il permet de passer de la longue randonnée au bike park/enduro sans problème.” C’est un cadre à la géométrie et aux interfaces modernes, conçu pour 140 mm de débattement à la fourche et un montage mullet (29” à l’avant et 27,5” derrière, pour combiner stabilité et maniabilité).

Soum SoulaSoum SoulaSoum SoulaSoum SoulaSoum SoulaSoum Soula

© Soum

Rémi en a produit 5 d’un coup : un nombre qui lui a donné l’impression que le travail avançait efficacement, sans que cela devienne réellement répétitif. Un nombre qui lui permet aussi de réduire efficacement les coûts ; au-delà, il a compté que ce serait moins intéressant.
Il entend en produire comme ça encore 5 ou 7 régulièrement, mais ce ne seront pas tout à fait les mêmes. C’est la particularité de son approche : chaque millésime aura son caractère propre, comme le vin. Rémi est aussi le seul artisan que j’aie interrogé qui ne soude pas immédiatement les cadres, mais attend de recevoir une commande. De la sorte il stocke uniquement des tubes pré-usinés : ça prend beaucoup moins de place que des cadres assemblés.

  Soula
Matériau Tubes acier Colombus Zona, soudés au TIG
Tailles M, L
Couleurs - Quatre couleurs standards
- Autres choix en option
Montages Rémi vend généralement des cadres nus (1090 €), mais peut réaliser des montages à la demande.
Options - Œillets de porte-bagages
- Deuxième porte-bidon
- Jeu de direction.
Délais Trois mois

Rémi collabore également avec des fabricants de sacoches de proximité pour réaliser des pièces sur-mesure, et entend s’associer avec des commerçants de son secteur pour leur confier des Soula à monter eux-mêmes et à présenter dans leurs boutiques.

Soum Cycles est installé à La Barthe de Neste, dans les Hautes-Pyrénées.
Plus d’infos sur soum-cycles.fr.

Boudebois et le SJ01

Terminons ce tour d’horizon avec le cas du vélo en bambou, qui implique une autre façon de travailler.
Car le chaume de bambou n’est évidemment pas un matériau standardisé. Les usinages ne peuvent donc pas être effectués en série comme on le fait avec les tubes de métal.

Logo Boudebois

Gaël Eraud qui fabrique les vélos Boudebois a cependant mis au point une technique d’assemblage des bambous qui lui permet de produire des vélos selon un modèle sériel.

Alors que le procédé le plus courant consiste à effectuer les assemblages en enroulant les chaumes dans une bande qu’on badigeonne ensuite d’une matière durcissante, Gaël travaille avec des manchons : des pièces raccords qu’il se fabrique à partir de toile de lin et de bio-époxy, dans des moules qu’il a également confectionnés lui-même (modélisation 3D, impression…). Un moule lui permet de réaliser une centaine de manchons.

Lors de la fabrication proprement dite du vélo, Gaël insère dans les manchons les chaumes qu’il a sélectionnés et apprêtés, et fixe l’assemblage avec la résine époxy.
Cette technique élaborée lui permet de fabriquer un vélo bambou en une semaine, quand les méthodes habituelles nécessitent deux fois plus de travail.

Boudebois SJ01Boudebois SJ01Boudebois SJ01Boudebois SJ01Boudebois SJ01Boudebois SJ01Boudebois SJ01Boudebois SJ01

© Boudebois

C’est sur ce principe qu’est réalisé le SJ01. Ce vélo au nom de droïd façon Star Wars (tout simplement les initiales du premier client) est un modèle polyvalent, d’abord pensé pour l’itinérance mais tout aussi bien adapté au vélo-taf ou à une pratique gravel.
Son montage de base s’inscrit dans la tradition de l’itinérance au long cours, avec sa selle cuir, son cintre papillon, sa potence réglable, son moyeu-dynamo…
L’intégration de pièces mécaniques en aluminium permet de monter sur les tubes de bambou non seulement les composants essentiels d’un vélo (roues, freins, transmission…) mais également le porte-bagages arrière. La fabrication du SJ01 respecte les mêmes normes de sécurité que les vélos en métal ou en carbone.
La fourche quant à elle est en acier, issue de chez Surly.

  SJ01
Matériau Bambou local, assemblé par des manchons en lin bio et époxy bio-sourcé à 56%
Tailles Cinq tailles de XS à XL
Couleurs - Bambous naturels
- Manchons peints dans une couleur au choix
Montages - Montage SRAM NX avec moyeu-dynamo : 2310 €
- Montages à la carte possibles
Délais Quatre à six mois

Les vélos Boudebois sont basés à Bordeaux.
Plus d’infos sur boudebois.fr


Et pour plus d’infos sur le vélo artisanal en général : associationartisansducycle.com

Photo de la tête d’article : © Distance

Pour recevoir par email les nouvelles publications, inscrivez-vous.

Après cinq ans passés au Proche-Orient et en Amérique Centrale, je suis venu au vélo par intérêt pour le voyage. D’abord un tour en ma Bretagne natale, puis quelques équipées sur des terrains plus relevés, et bientôt je partais pour six mois de route entre Asie du Sud-Est et Asie Centrale.
Il m’est difficile à présent de concevoir un voyage sur un autre mode ; et pour toutes mes vacances ou presque, ainsi qu’un certain nombre de mes week-ends, je charge le matériel de camping pour une échappée vélocipédique au grand air, au pas de ma porte ou au bout du monde.

Informaticien à mes heures perdues, je suis également le développeur-éditeur-modérateur-dictateur de ce site, et du planificateur de voyages Talaria.

Enfin, ma dernière lubie en date est de fabriquer des vélos sur mesure.

éditeur 162 billets 95 commentaires
Écrire un nouveau commentaire
Recevoir par email les commentaires publiés sur cette page :