Un porte-bagages minimaliste fabriqué maison

Un porte-bagages minimaliste fabriqué maison
Les Vélos Migrateurs est un média participatif
consacré au voyage et à la randonnée à vélo.
En savoir plus - Nous rejoindre

Cet hiver, pour mes trajets du quotidien, j'ai cherché une formule qui me permette de promener un petit volume d'équipement et de courses à l'abri de la pluie. Une solution évidente aurait consisté à ne monter qu'une seule sacoche sur mon porte-bagages. Mais ça ne me convenait pas vraiment : j'avais retiré mon porte-bagages arrière, et une unique sacoche sur le porte-bagages avant était à la fois médiocrement maniable, et vraiment disgracieux !
Un sac à dos aurait aussi bien pu faire le job, mais comme chaque cyclo-randonneur sait :

Le sac à dos, c'est mal !


J'ai un peu lorgné du côté des sacoches de selle. Celles façon bikepacking — qui requièrent généralement d'être bien tassées — ne me semblaient pas convenir très bien à l'usage que je voulais en faire. Des modèles plus en largeur et à fermeture par rabat m'intéressaient davantage. Mais, radin que je suis, ça m'embêtait de faire encore cette dépense alors que j'avais déjà une solution (même disgracieuse) !

Trois types de sacoches de selle, toutes de chez Carradice. Trois formes et trois fixations différentes.

Au lieu de ça, je me suis dit que je pourrais peut-être arriver à monter à l'arrière de ma selle une de mes sacoches avant : la géométrie de mon vélo offrait assez de dégagement pour ça.

Spoiler : ça marche !

Un porte-bagages minimaliste fabriqué maison

Pour la fixation haute de la sacoche, je me suis bricolé, avec du petit matériel dont je disposais déjà, un porte-bagages minimaliste, fixé à la selle : un simple tube d'aluminium sur lequel je peux attacher les crochets de la sacoche.
J'ai utilisé pour ça un arceau de tente (j'en avais acheté un jeu de rechange pour réparer ma tente, suite à une folle nuit de tempête). Je l'ai recoupé de telle façon qu'il dépasse de quelques centimètres de part et d'autre de la selle ; juste ce qu'il faut pour passer les crochets de la sacoche (dont j'ai ajusté la position, comme le permettent ces Sport Packer de chez Ortlieb).

La seule véritable question était celle de la fixation du tube sur la selle. Je voulais que ce soit durablement tenu, et sans jeu. Pour ça j'ai utilisé des clips en P. (Ce sont de petites fixations utilisées en plomberie ou en électricité, grâce auxquelles j'avais déjà pu ajouter des porte-bidons sur les côtés de mon porte-bagages arrière, il y a peu.) J'en ai passé un dans chacun des orifices dont l'armature de ma Brooks B17 est pourvue (et qui servent justement à sangler une sacoche ; d'autres modèles de selles en offrent également), et je les ai serrés sur le tube.
Mon tube mesure 11mm de diamètre. J'ai utilisé des clips de 13mm. Étant donné la disposition des anneaux sur la selle (un peu en biais), les clips de 13mm serrent idéalement le tube. Ça ne bouge pas, et ça ne force pas.

La fixation du bas était déjà toute trouvée : il y a quelque temps j'avais ajouté un ruban de bande Velcro au bas de ma sacoche, pour qu'elle soit mieux maintenue contre le porte-bagages, sur chemins cahoteux. Il m'avait suffit pour ça de retirer la vis centrale du renfort bas (à l'arrière de la sacoche), et de la remettre en place en glissant le Velcro sous la vis. Avec une bande un peu plus longue, j'ai pu par la même astuce fixer le bas de la sacoche à la tige de selle.

Pour assurer un point de maintient supplémentaire (et ainsi mieux répartir les forces exercées sur la sacoche comme sur le vélo), j'ai d'abord passé le crochet central de la sacoche autour de l'attache rapide de la tige de selle (photo ci-dessus). Ça n'accrochait qu'à moitié bien, et je n'aimais pas trop tirer de la sorte sur l'attache rapide.

Mais j'ai pu trouver une autre solution, fiable et simplissime. Avec une autre bande de Velcro, j'ai constitué un anneau que j'ai passé autour de la tige de selle. En l'ajustant à la bonne longueur, et en tournant le crochet de la sacoche vers le haut, je peux maintenant attrapper l'anneau avec le crochet.
Avec ce quatrième point de maintien, je suis maintenant plus en confiance pour mettre du poids dans la sacoche. Je sais que les efforts seront bien répartis.

Un porte-bagages minimaliste fabriqué maison

L'ensemble de ces bricolages est simple, rapide, et nécessite peu de matériel.
Zip zip zip, couic couic, hop ! en moins d'une heure au total (hésitations et tâtonnements inclus), le tour était joué.

Voilà comment à partir d'un faux problème j'ai le sentiment d'avoir finalement trouvé une vraie solution.
Je n'ai pas encore eu l'occasion de tester la formule dans une escapade avec le matériel de camping, mais je l'ai déjà régulièrement utilisée pour des courses de proximité, pour aller au boulot, et pour des sorties pique-nique (y compris sur sentiers de VTT). Rien à déplorer pour le moment.
J'apprécie la facilité et la rapidité du montage/démontage de la sacoche, la stabilité du maintien, ainsi que de bénéficier des commodités de la sacoche Ortlieb Sport Packer (volume adapté, ouverture par rabat et clips, étanchéité). Tout ça sans avoir déboursé un centime !
Pour l'usage que j'en fais, je ne troquerais pas cette solution contre la meilleure sacoche de bikepacking.

Un porte-bagages minimaliste fabriqué maison

Évidemment, la formule que j'ai mise en place fonctionne avec ma configuration spécifique : dimensions du vélo, modèles de la sacoche et de la selle. Pas sûr que chacun puisse faire exactement le même montage avec son propre équipement. Pour le moins, des éléments de solution pourront peut-être s'appliquer.

Je me doute aussi que tout le monde n'a pas déjà chez lui de la bande Velcro ou des clips en P. Voici ce que ça pourrait vous coûter (tarifs trouvés sur Amazon) :

  • Des clips en P, avec vis et écrous : 9,5€ pour un lot de 5 (deux seulement sont requis)
  • Du tube d'aluminium : 6€ pour six tubes de diamètres différents (un tube suffit)
  • De la bande Velcro double-face (largeur 20mm) : 5€ pour 1m (avec 40cm vous êtes sûrs d'avoir assez)


En outillage, vous aurez besoin :

  • d'une scie à métaux
  • d'une clé plate adaptée à vos écrous
  • d'une clé allen ou d'un tournevis adapté à vos vis
  • d'une paire de ciseaux

C'est tout !

Pour recevoir par email les nouvelles publications, inscrivez-vous.
32 billets 26 commentaires 15 votes karma : 60

Après cinq ans passés au Proche-Orient et en Amérique Centrale, ma belle et moi sommes venus au vélo par intérêt pour le voyage. D’abord un tour en notre Bretagne natale, puis quelques équipées sur des terrains plus relevés, et bientôt nous partions pour six mois de route entre Asie du Sud-Est et Asie Centrale.
Il m’est difficile à présent de concevoir un voyage sur un autre mode ; et pour toutes nos vacances ou presque, ainsi qu’un certain nombre de nos week-ends, nous chargeons le matériel de camping pour une échappée vélocipédique au grand air.

Informaticien à me heures perdues, je suis également le développeur-éditeur-modérateur-dictateur de ce site, et du planificateur de voyages Talaria.

Écrire un nouveau commentaire
Recevoir par email les commentaires publiés sur cette page :