Singular Gryphon et Cotic Cascade : le monstercross arrive d’Angleterre

Singular Gryphon et Cotic Cascade : le monstercross arrive d’Angleterre
Les Vélos Migrateurs est un média participatif
Racontez-nous vos voyages

Au même moment que Singular ressort son Gryphon, Cotic propose un nouveau vélo de randonnée situé lui aussi quelque part entre le gravel et le VTT. L’occasion de s’interroger sur cette catégorie de vélo.

Tels le Kona Sutra LTD, le Salsa Fargo, ou le Tumbleweed Stargazer, ces deux modèles s’inscrivent dans une catégorie de vélos en plein essor, prévus pour le montage d’un guidon de route (ou plutôt de gravel), tout en adoptant une géométrie adaptée au montage de pneus très larges (29×2,4” et plus) et à une pratique tout-terrain.

Singular Gryphon Mk 3

L’histoire du Singular Gryphon remonte à 2008. Il semble avoir été à cette époque le premier monstercross de randonnée produit de façon industrielle. Disparu depuis 2017, le voici qui fait son retour, avec une géométrie légèrement révisée et la possibilité de monter des pneus encore plus gros : 29×3,0”, contre 2,4” auparavant. (Noter toutefois qu’avec des pneus aussi larges, le vélo remonte de quelques 15mm à l’entrejambes.)

Singular Cycles Gryphon Mk 3

Modélisation 3D, le nouveau cadre n’ayant pas encore été produit

Le cadre est fait d’acier Cro-Mo 4130 triple renforts. Il est pourvu d’un boîtier de pédalier excentrique, qui autorise un montage avec un moyen à vitesses type Rohloff ou en mono-vitesse. Trois tailles sont proposées : M, L et XL.

Caractéristiques gravel :

  • Longueur de cadre adaptée au montage d’un cintre routier
  • Tube de direction au format 1 1/8”
  • Axes traversants au format 142x12mm et 100x12mm
  • Tube de selle de diamètre 27,2mm, avec collier 30mm (collier inclus)
  • Interfaces pour freins à disque Flat Mount

Caractéristiques VTT :

  • Dégagement pour des pneus de 29×3” max
  • Boîtier de pédalier au format 73mm BSA
  • Angle de direction assez faible, autour de 70°

Autres :

  • Guides de câbles à visser sous le tube diagonal
  • Œillets pour porte-bagages et garde-boue
  • Deux œillets pour porte-bidons sur le tube de selle, trois sur le tube diagonal, deux sous le tube diagonal, et encore deux sur chaque bras de la fourche.
  • Routage dynamo interne

Singular Cycles Gryphon

Ici une version plus ancienne du Gryphon

Le Gryphon est vendu en kit cadre uniquement, proposé en pré-commande au tarif de 900£ (50£ de frais de port pour l’UE). Livraison attendu en octobre 2022.

Plus d’infos sur https://singularcycles.co.uk/

Cotic Cascade

Le Cascade se veut un vélo protéiforme. Outre une conception monstercross de VTT avec cintre de route, Cotic propose trois fourches différentes pour l’accommoder : leur fourche “Alpaca” en acier (idéale pour rouler chargé), la fourche carbone Firestarter de Sasla Cycles, ou encore la fourche Rockshox SID SL Ultimate, avec 100mm de suspension.

Cotic Cascade

Avec des œillets de partout, rarement on aura vu un vélo aussi boutonneux ! De quoi monter des porte-bagages et garde-boue, guider les câbles, fixer une sacoche top-tube, une sacoche de cadre, des porte-bidons dans et sous le triangle principal. On trouve même un œillet au milieu des haubans, pour porte-bagages minimalistes. À l’avant les fourches acier et carbone sont également bien pourvues ; seule la fourche suspendue a la peau lisse !

Caractéristiques gravel :

  • Longueur de cadre adaptée au montage d’un cintre routier (cintre Cotic Valley 46cm proposé en montage standard ; PWN Coast 52cm en option)
  • Interfaces pour freins à disque Flat Mount
  • Fourche carbone en option

Caractéristiques VTT :

  • Pensé pour des potences relativement courtes (50-70mm), pour plus d’agilité
  • Tube de selle au format 31.6mm, avec routage interne de tige télescopique
  • Axes traversants au format Boost 148x12 / 110x15
  • Fourche suspendue 100mm en option
  • Accepte des pneus de 29×2,4” à l’arrière et 29×2,6” à l’avant, ou bien 27,5×2,8” et 27,5×3”
  • Angle de direction assez faible, autour de 69°

Autres :

  • Triangle avant en acier Chromoly Reynolds 853 ; bases et haubans en Chromoly 4130
  • Trois couleurs au choix (Lichen, Nimbus, et Smoke), et quatre tailles.

Différentes formules sont proposées aux potentiels acquéreurs : cadre seul, avec fourche, ou en montage complet.
Pour un cadre avec fourche acier, compter 849£. Un cadre, une fourche et des roues : à partir de 1265£. Montage complet à la carte : à partir de 2099£.
Une sacoche de cadre sur-mesure est également proposée (produite par Restrap, semble-t-il).

Plus d’infos sur https://www.cotic.co.uk/

Quelques réflexions sur le sujet

Après les marques américaines, ce sont donc les marques britanniques qui sont saisies par la fièvre monstercross (appellation non officielle). Comme pour le gravel, comme pour les sacoches de bikepacking, il semble que le vieux continent ait raté le premier train. Dommage, parce qu’avec le Brexit l’importation de ces vélos est devenue plus coûteuse.
C’est un constat que je fais souvent : l’industrie du vélo me paraît plus dynamique en Grande-Bretagne. Pour quelle raison ? Est-ce qu’on se méfierait davantage des effets de mode sur le continent…?

En réalité, après un réel mais peut-être trop hâtif enthousiasme quand est sorti le Kona Sutra UTLD, je dois dire que je m’interroge davantage sur ce format maintenant. Pour avoir pratiqué les sentiers VTT de mon secteur avec des pneus de 2,1” et un cintre gravel XL (mais pas avec un vrai monstercross, je dois le reconnaître), je me suis senti bien moins à l’aise que sur un VTT. Quant à emprunter avec des pneus de 2.4” ou plus des chemins stabilisés, ça me semble un “overkill”, comme ont dit outre-Manche.

À bien y réfléchir, en gardant une géométrie assez similaire, je trouverais plus intéressant un vélo sur lequel on pourrait alterner entre une paire de roues en 700×42mm (pour une pratique gravel ou cyclotourisme) et des roues en 27,5×2,4” (ce qui revient au même diamètre, avec des pneus larges) pour les cas où on veut s’encanailler davantage (sur de la caillasse, des sols boueux, sableux, etc). Avec cette formule, on disposerait en quelque sorte de deux vélos en un.
Quant à s’engager sur des chemins vraiment techniques, pour ma part je crois que je préférerais un vrai VTT, avec un guidon droit et des suspensions.

Par ordre d’apparition : les Salsa Fargo, Kona Sutra ULTD, et Tumbleweed Stargazer

Je rapportais précédemment qu’après quelques années d’un enthousiasme débordant pour le format 29×3” le monde du bikepacking avait fait un pas en arrière, et semblait à présent lui préférer des dimensions plus raisonnables de 2,4 ou 2,6 pouces.
Je ne peux m’empêcher d’imaginer que les pneus de monstercross suivront le même mouvement. On dit souvent des modes qu’elles sont éphémères. Je remarque pour ma part qu’elles ne disparaissent pas si subitement, ni tout à fait, et que bien souvent on en garde la part la plus substantielle, dont on aurait sans doute tort de se passer.

Pour recevoir par email les nouvelles publications, inscrivez-vous.

Après cinq ans passés au Proche-Orient et en Amérique Centrale, ma belle et moi sommes venus au vélo par intérêt pour le voyage. D’abord un tour en notre Bretagne natale, puis quelques équipées sur des terrains plus relevés, et bientôt nous partions pour six mois de route entre Asie du Sud-Est et Asie Centrale.
Il m’est difficile à présent de concevoir un voyage sur un autre mode ; et pour toutes nos vacances ou presque, ainsi qu’un certain nombre de nos week-ends, nous chargeons le matériel de camping pour une échappée vélocipédique au grand air.

Informaticien à mes heures perdues, je suis également le développeur-éditeur-modérateur-dictateur de ce site, et du planificateur de voyages Talaria.

éditeur 87 billets 49 commentaires
Écrire un nouveau commentaire
Recevoir par email les commentaires publiés sur cette page :