Nouvelle sacoche Ortlieb Handlebar-Pack QR

-https://lesvelosmigrateurs.fr/storage/posts/33/images/T9feWNTgsTBBzb857DTMG8NtH57MDFHY.jpg-

Ortlieb vient de sortir cette semaine un nouveau modèle de sacoche de guidon, pensé dans une optique plus spécifique au gravel, et pourvue d'un système de fixation innovant.

Ce qui est annoncé

Je vous fais ma petite traduction de ce qu'annonce le site d'Ortlieb :

Un nouveau système de fixation, le Bar-Lock, permet d'attacher et retirer le sac étanche Handlebar-Pack QR en un rien de temps. Cela veut dire que vous pouvez rapidement et facilement retirer le sac et l'emporter avec vous quand vous atteignez votre destination. Grâce au cordon de verrouillage, ce sac de bikepaking reste stable et fiablement maintenu sur le cintre, même sur terrains très cahoteux. Des sangles de compression intérieures et le système de fermeture par enroulage à hauteur variable assure que votre matériel et vos équipements soient conservés bien à l'abri. Deux autres crochets à l'avant, pourvus de fixations CamLock ajoutent encore des options de compression.

Le handlebar pack QR a un volume de 11 litres, pèse seulement 530 grammes et se charge par le dessus.En plus du bikepacking, cette sacoche serait un formidable atout pour de longues sorties ou courses de gravel grâce à son design resserré de 32cm de large. Des pochettes externes latérales permettent de garder des petits accessoires ou des remontants bien rangés et néanmoins accessibles tout en pédalant. Le sac sans PVC est fait d'un nylon résistant à l'abrasion et est bien entendu produit durablement en Allemagne. La charge maximum est de 5Kg. Couplez la sacoche avec la pochette intérieure Handlebar-Pack QR Inner Pocket pour garder les choses bien ordonnées, et commodément accéder à votre monnaie, vos cartes ou votre téléphone portable.

Voilà, disons, pour le communiqué de presse. (Un peu de description, un peu de séduction.)
Prix de vente : aux alentours de 140€.

Ce que ça m'inspire

État des lieux

Ortlieb propose déjà depuis belle lurette une sacoche de guidon de qualité, la fameuse Ultimate 6, dérivée dans de nombreuses variantes de taille, de matériau, de couleur. Cette sacoche est réputée pour sa commodité d'usage, avec sa fermeture par rabat vers l'avant (qui autorise un accès au contenu même en pédalant), avec ses pochettes latérales, et avec un système de fixation par clip qui permet d'emporter facilement la sacoche en bandoulière.

Plus récemment est sorti pour les adeptes du bikepaking le Handlebar-Pack (à ne pas confondre avec le Handlebar-Pack QR présenté ici, conçu dans l'optique de garantir un maintien optimal du matériel et de la sacoche elle-même sur chemins cahoteux, au détriment hélas de la commodité d'usage (pas de pochettes, accès compliqué au milieu du boudin, pas prévu pour être retiré du guidon fréquemment).

Ce nouveau Handlebar-Pack QR, s'annonce en quelque sorte comme une synthèse des deux solutions, alliant un bon maintien du matériel à un design plutôt ergonomique.

La formule n'est pas tout à fait nouvelle. On retrouve ici des idées présentes notamment dans la sacoche Shazam! de Wizard Works (marque anglaise) ou dans l'énorme Fabio's Chest (jusque 44 litres, rempli à ras-bord) du très excentrique Ron-Benedicte-Ultraromance (USA). À ma connaissance, il s'agit cependant de la première sacoche de ce genre disponible directement dans l'EU (du moins depuis le Brexit). Je note néanmoins que ces deux modèles privilégient plutôt le volume et une esthétique plutôt classique, tandis que l'approche d'Ortlieb est plus technique et sportive.

Modèle Volume Poids Montage Prix
Ort. Handlebar Pack QR 11l 530g rapide 140€
Ort. Handlebar Pack (large) 15l 420g par sangles 100€
Ort. Ultimate 6 (Classic) 7l 570g rapide 65€
W.W. Shazam! (Cordura) 12-23,5l 880g selle ou guidon 190£
R.B. Fabio's Chest (large) 28-44l 1330g selle ou guidon 275$

Ficelé comme une momie

Le nombre de sangles proposé sur la Ortlieb Handlebar Pack QR (on va dire "HPQR" hein, ce sera plus simple !)... le nombre de sangles proposé sur la HPQR, disais-je, entre vraiment dans une logique de serrer au mieux son contenu, pour que ça ne bouge pas quand le terrain secoue le vélo. D'ailleurs Ortlieb a retenu l'expression de "pack" pour désigner sa sacoche (plutôt que "bag", par exemple), qui inclut l'idée d'un certain tassement.
Les sangles intérieures permettent de bien caler certains objets dans le fond de la sacoche, et d'exploiter au mieux le volume disponible. La fermeture par enroulage et les sangles extérieures permettent de re-serrer encore tout ça, pour que rien ne bouge.
Cette logique, assez commune dans le matériel de bikepacking, a notamment l'avantage de réduire les secousses auxquelles sont soumis les équipements.
En revanche, en comparaison avec des modèles comme l'Ultimate 6 (ou des produits similaires chez d'autres marques), toutes ces attaches rendent le matériel moins accessible. On évitera aussi de soumettre une banane trop mûre à ce traitement...
Tout ça reste cependant plus commode à mon sens que les boudins à double enroulage devenus monnaie courante en bikepacking.

Montage

Le nouveau système de fixation apporté ici par Ortlieb semble une déclinaison de celui déjà appliqué sur leur Ultimate 6. Deux cordons serpentent autour du cintre et de la potence pour assurer un maintien ferme. À l'arrière, un moulage de plastique rigide tient la sacoche écartée du guidon (c'est important notamment sur un cintre routier ou gravel, pour pouvoir passer les doigts).
Une différence notoire cependant : tandis que le cordon de l'Ultimate 6 permet de fixer durablement un support et que la sacoche vient se clipser sur ce support, la HPQR s'attache directement au guidon. Remettre la sacoche en position prendra donc un peu plus de temps (quelques secondes...) qu'un simple clip. Cela dit, pour avoir beaucoup bidouillé mon guidon ces derniers temps (différents essais de cintres, potences, bagages), j'aurais été bien content que le support de l'Ultimate 6 soit plus facile à mettre en place. La HPQR ne devrait pas poser ce problème.

La petite vidéo que voici présente la sacoche (en anglais), et démontre notamment comment la fixer au guidon et l'en retirer.

Pour afficher ce média, vous devez accepter les cookies provenant de :

www.youtube-nocookie.com

(Vous pouvez aussi consulter Les Vélos Migrateurs avec Firefox, qui bloque nativement les cookies externes.)

 

Le retrait de la sacoche semble effectivement très rapide. Contrairement à l'Ultimate 6, elle n'a cependant pas été pensée pour être portée en bandoulière : d'une part elle n'offre ni sangle ni anneaux de fixation pour ça, et d'autre part le moulage en plastique rigide s'annonce comme très inconfortable contre la hanche...

Bref !

À l'analyse des caractéristiques de ce nouveau produit, on retrouve les promesses de l'équipe marketing : une sacoche conçue pour le gravel, qui se glisse sans soucis entre vos cocottes et devrait demeurer bien stable quand vous quittez le tarmac. Sa fixation plutôt rapide, ses petites pochettes latérales et son ouverture par le dessus la rendent plus pratique qu'un boudin de bikepacking ordinaire, sans pour autant atteindre la commodité d'une sacoche de cyclo-toursime classique.

On est donc sur un produit à la rencontre entre deux pratiques du vélo, tout comme le gravel constitue une pratique intermédiaire entre la route et le VTT.
Si d'autres sacoches existent qui pourraient être comparée à cette Handlebar Pack QR, elle apporte néanmoins des spécificités qui en font un produit assez original.

Disposant personnellement d'une sacoche de cyclo-tourisme classique et d'une en boudin de bikepacking, je ne pense pas que j'irai faire cette dépense supplémentaire. Mais l'option me paraît très sérieuse pour qui aurait besoin de s'équiper ou de remplacer son vieux matériel.

Plus de détail et de la documentation technique sur le site du fabriquant.

Les Vélos Migrateurs est un média participatif.
Nous avons besoin de vous :
pour repérer les contenus de qualité — pour intervenir dans les commentaires — pour publier vos propres billets

Pour recevoir par email les nouvelles publications, inscrivez-vous.

12 billets 8 commentaires 5 votes karma : 21

Après cinq ans passés au Proche-Orient et en Amérique Centrale, ma belle et moi sommes venus au vélo par intérêt pour le voyage. D’abord un tour en notre Bretagne natale, puis quelques équipées sur des terrains plus relevés, et bientôt nous partions pour six mois de route entre Asie du Sud-Est et Asie Centrale.
Il m’est difficile à présent de concevoir un voyage sur un autre mode ; et pour toutes nos vacances ou presque, ainsi qu’un certain nombre de nos week-ends, nous chargeons le matériel de camping pour une échappée vélocipédique au grand air.

Informaticien à me heures perdues, je suis également le développeur-éditeur-modérateur-dictateur de ce site, et du planificateur de voyages Talaria.

Écrire un nouveau commentaire
Recevoir par email les commentaires publié sur cette page :