Admire Le Biclou

#AdmireLeBiclou : Un vélo fabriqué de mes mains

#AdmireLeBiclou : Un vélo fabriqué de mes mains
Les Vélos Migrateurs est un média participatif
Racontez-nous vos voyages

Pour notre série #AdmireLeBiclou, cette fois je vous présente un engin que j'ai fabriqué sur-mesure pour une amie.

Par
éditeur

Marie-Pierre voulait un vélo qui lui serve en premier lieu pour entreprendre des voyages sur véloroutes dont elle a le projet, et qui serait adapté également à faire ses trajets quotidiens : au travail, à l’épicerie, à la médiathèque… Deux usages qui se marient bien, et pour lesquels il est parfaitement cohérent de concevoir un unique vélo.

#AdmireLeBiclou : Un vélo fabriqué de mes mains

Derrière un air très chic, son vélo est donc taillé pour la longue route. (Et Marie-Pierre aussi !)

Il est conçu avec toutes les interfaces utiles au montage de porte-bagages, garde-boue, éclairages, béquille, etc. Sa géométrie est établie de telle façon qu’il conserve stabilité et maniabilité, aussi bien à vide que chargé de tout un équipement d’itinérance en autonomie (ou des réserves de légumes pour la semaine).
De longues bases procurent de la stabilité à l’arrière, tandis qu’un déport de fourche et un angle de direction importants éviteront que la direction ne devienne molle et lourde quand les sacoches avant seront chargées à plein. Il est dimensionné spécifiquement selon la morphologie de sa pilote afin de lui apporter un équilibre approprié entre confort et efficacité.
Le tube supérieur est incliné de façon à faciliter l’enjambement du vélo (notamment quand le porte-bagages arrière est chargé), sans nuire à la rigidité du cadre.

#AdmireLeBiclou : Un vélo fabriqué de mes mains#AdmireLeBiclou : Un vélo fabriqué de mes mains#AdmireLeBiclou : Un vélo fabriqué de mes mains#AdmireLeBiclou : Un vélo fabriqué de mes mains#AdmireLeBiclou : Un vélo fabriqué de mes mains#AdmireLeBiclou : Un vélo fabriqué de mes mains#AdmireLeBiclou : Un vélo fabriqué de mes mains#AdmireLeBiclou : Un vélo fabriqué de mes mains#AdmireLeBiclou : Un vélo fabriqué de mes mains

Pour une maintenance facilitée, les câbles sont routés à l’extérieur du cadre. Même les éclairages – raccordés à un moyeu-dynamo – sont guidés à travers des anneaux brasés tout spécialement pour éviter d’avoir recours aux habituels scotchs d’électricien ou plastiliens. Ils peuvent même être aisément déconnectés en différents points, pour faciliter le démontage du vélo afin de le transporter.
Les freins v-brake sont faciles à régler et à remplacer où qu’on se trouve en France ou à l’étranger. La transmission mono-plateau simplifie la mécanique, tout en assurant un panel de onze de vitesses adaptées à une pratique utilitaire et de plaisir, quel que soit le relief.
La selle Ergon ST Gel Women, de même que le cintre multi-positions Koga Denham et que les poignées à ailettes Ergon GA3, mettent l’accent sur le confort, et limiteront considérablement les fatigues occasionnées par des journées entières passées à pédaler.

#AdmireLeBiclou : Un vélo fabriqué de mes mains#AdmireLeBiclou : Un vélo fabriqué de mes mains#AdmireLeBiclou : Un vélo fabriqué de mes mains#AdmireLeBiclou : Un vélo fabriqué de mes mains

Le cadre est réalisé dans une sélection de tubes en acier chromoly à doubles renforts, choisis dans les gammes Zona de Columbus et Zero-Uno de Dedacciai, deux fabricants italiens de renom. Je les ai taillés un à un, assemblés dans un gabarit de ma conception, et soudés au chalumeau.

Je vous le présente ici dans son complet appareil de randonnée, incluant assez de porte-bagages pour s’engager sur un voyage au long-cours (des porte-bagages en acier inoxydable, qui ne craindront pas l’abrasion des sacoches et l’épreuve des éléments), mais le vélo peut en quelques tours de vis – et sans aucune modification du routage électrique – s’alléger d’un kilo de porte-bagages et ne conserver que son panier, suffisant aux trajets professionnels et aux sauts à l’épicerie.

#AdmireLeBiclou : Un vélo fabriqué de mes mains

Voilà quelque temps que je travaille sur cette envie de fabriquer des vélos.
Je m’exerce, je m’équipe, je m’organise… et je prends beaucoup de plaisir à tout ça. Prochainement j’espère pouvoir proposer mes services à titre professionnel. N’hésitez pas à me contacter par le biais du formulaire des Vélos Migrateurs si vous avez des envies de vélos dont vous souhaiteriez discuter, et à suivre les évolutions du projet sur Instagram (@pasdequoifaireunvelo) et sur Facebook.

#AdmireLeBiclou : Un vélo fabriqué de mes mains

Pour recevoir par email les nouvelles publications, inscrivez-vous.

Après cinq ans passés au Proche-Orient et en Amérique Centrale, je suis venu au vélo par intérêt pour le voyage. D’abord un tour en ma Bretagne natale, puis quelques équipées sur des terrains plus relevés, et bientôt je partais pour six mois de route entre Asie du Sud-Est et Asie Centrale.
Il m’est difficile à présent de concevoir un voyage sur un autre mode ; et pour toutes mes vacances ou presque, ainsi qu’un certain nombre de mes week-ends, je charge le matériel de camping pour une échappée vélocipédique au grand air, au pas de ma porte ou au bout du monde.

Informaticien à mes heures perdues, je suis également le développeur-éditeur-modérateur-dictateur de ce site, et du planificateur de voyages Talaria.

Enfin, ma dernière lubie en date est de fabriquer des vélos sur mesure.

éditeur 156 billets 94 commentaires
Écrire un nouveau commentaire
Recevoir par email les commentaires publiés sur cette page :
  • Laëtitia
    Laëtitia, le 17/01/2024 à 10h15
    Il est chouette ce vélo, j'aime l'alliance ville/voyage.
  • Serge DENIS, le 17/01/2024 à 09h36
    Très beau vélo et bien pensé. J'ai même envie de l'essayer :-)
    Bravo !
  • Nathalie
    Nathalie, le 15/01/2024 à 17h54
    Beau travail. Chapeau !
  • Julien
    Julien, le 15/01/2024 à 14h07
    Bravo Erwan. Pour une première, c est une sacrée création. Un bon et beau vélo. Marie-Pierre a de belles balades qui se profilent sur cette belle machine.
    • Erwan, à Julien, le 15/01/2024 à 19h47
      En fait ça n’est pas le premier que je fabrique, mais c’est bien le premier vélo de voyage. C’est donc une étape qui compte pour moi.
      Deux autres sont dans les tuyaux. J’en présenterai peut-être un autre ici, et de toute façon sur les réseaux.
      On attend maintenant que Marie-Pierre nous raconte ses escapades !