Restrap Carry Cage

Restrap Carry Cage
Les Vélos Migrateurs est un média participatif
consacré au voyage et à la randonnée à vélo.
En savoir plus - Nous rejoindre

Restrap délivre sa vision de la cargo cage : robuste et fonctionnelle.
Ces minis porte-bagages (qu’on monte à la place des porte-bidons) sont optimisés pour fonctionner avec les sangles et les sacs étanches de la marque, mais ils sont aussi sont compatibles avec un matériel très divers.

Restrap Carry Cage

Quand un fabricant de sacoches conçoit ses propres supports, on peut s’attendre à ce que ça tienne fermement !

Trois œillets de fixation permettent de tenir la Carry Cage au vélo, espacés évidemment sur le standard des œillets de porte-bidons (64mm).
Sur les côtés, de larges ailettes assurent un bon maintien du sac ou de l’objet transporté, tout en évitant que celui-ci ne vienne frotter contre les rayons. La plateforme inférieure, qui soutient le paquet, est de plus faibles dimensions, sans doute pour réduire l’encombrement du vélo lorsqu’il est déchargé.

Restrap Carry CageTrois passants principaux permettent de glisser des sangles et de les maintenir le temps de serrer le chargement. D’autres encoches dans les ailettes peuvent éventuellement être utilisées comme des passants alternatifs, pour des objets de dimensions diverses.

La Carry Cage est fabriquée en aluminium découpé au laser et coloré par enduction.
Elle pèse 136g et peut supporter une charge de 3Kg.

À 45,99€, le prix de cette petite pièce d’équipement est en revanche assez dissuasif, d’autant que les sangles de fixation ne sont pas incluses.
Mais c’est peut-être le juste tarif pour du matériel produit localement. (En Angleterre, c’est à dire.)
Comme tous les produits Restrap, ces Carry Cages sont garanties à vie.

Restrap Carry Cage

Plus d’infos sur le site du fabricant, où l’on trouvera aussi les sangles Fast Straps et le sac étanche Fork Bag.

Pour recevoir par email les nouvelles publications, inscrivez-vous.
60 billets 40 commentaires 22 évaluations karma : 88

Après cinq ans passés au Proche-Orient et en Amérique Centrale, ma belle et moi sommes venus au vélo par intérêt pour le voyage. D’abord un tour en notre Bretagne natale, puis quelques équipées sur des terrains plus relevés, et bientôt nous partions pour six mois de route entre Asie du Sud-Est et Asie Centrale.
Il m’est difficile à présent de concevoir un voyage sur un autre mode ; et pour toutes nos vacances ou presque, ainsi qu’un certain nombre de nos week-ends, nous chargeons le matériel de camping pour une échappée vélocipédique au grand air.

Informaticien à mes heures perdues, je suis également le développeur-éditeur-modérateur-dictateur de ce site, et du planificateur de voyages Talaria.

Écrire un nouveau commentaire
Recevoir par email les commentaires publiés sur cette page :