#AdmireLeBiclou : Orbit Expedition des années 90

#AdmireLeBiclou : Orbit Expedition des années 90
Les Vélos Migrateurs est un média participatif
Racontez-nous vos voyages

Pour ouvrir notre rubrique #AdmireLeBiclou, je vous présente mon vieil Orbit Expedition des années 90, avec lequel j’ai découvert la cyclo-baroude.

Par
éditeur

Il y a une dizaine d’années, quand j’ai entendu parler pour la première fois de voyage à vélo, j’ai immédiatement voulu explorer le monde de cette façon.
Mais avant de me lancer dans quelque chose de trop ambitieux, j’ai quand-même préféré tenter un coup d’essai. On a donc décidé ma belle et moi de commencer par un tour en notre Bretagne natale durant les vacances d’été. Et voilà comment on s’est mis à la recherche d’une paire de vélos d’occasion.

On a eu suffisamment de chance et reçu de conseils avisés pour dégotter rapidement une opportunité à proximité de chez nous.
Deux engins identiques, datant des années 90, qui avaient déjà connu une première carrière comme vélos de location pour des vacances itinérantes. La plupart des composants étaient usés jusqu’à l’os, mais mes connaissances mécaniques de l’époque me permettaient tout juste de constater que la chaîne nécessitait un bon nettoyage.
200 € chacun. Avec le recul, je trouve qu’on faisait là une très belle affaire, ne serait-ce que pour les cadres en acier Reynolds 520.

#AdmireLeBiclou : Orbit Expedition des années 90

Avec ces vélos, on fait a depuis bien plus qu’un tour d’essai. Outre de nombreux coins de France, on a voyagé en Angleterre et en Espagne ainsi qu’en Asie Centrale et Asie du sud-est.

D’année en année, il a fallu changer de nombreuses pièces, et j’ai aussi voulu essayer différents montages sur le mien ; si bien qu’à l’exception d’une poignée de composants, il ne reste plus grand-chose de la configuration d’origine.

MONTAGE ACTUEL  
Cadre et fourche • Orbit (une marque anglaise aujourd’hui disparue).
• Sans doute le modèle Expedition. Fin des années 90.
Transmission • Shimano 3×9 vitesses
• Pédalier Deore 42/32/24 ; Cassette Shimano 12-36
• Dérailleurs avt. et arr. Shimano Deore
• Commandes sur cocottes Shimano Tiagra
Freinage • V-brake Shimano Deore.
• Patins à gommes remplaçables
• Leviers sur cocottes Shimano Tiagra
Roues • Avt : Jante Ryde Big Bull et moyeu-dynamo Shimano XT. Rayons DT Swiss inox.
• Arr : Jantes Exal et moyeu Deore. Rayons DT Swiss inox.
• Pneus Schwalbe Marathon Mondial 26×2”
Éclairages • Avt : Bush & Muller Secu Sport S
• Arr : Toplight flat S plus
Selle • Brooks B17
Pédales • Fuxion VP-58M Expert BMX (600g, mais des roulements épatants !)
Guidon • Cintre Ritchey VentureMax
• Guidoline Brooks Microfibre
• Potence Ritchey Comp
• Rétroviseur Bush & Müller Cycle Star
• Supports pour GPS et téléphone
Porte-bagages • Tubus Tara
Sacoches • Deux Ortlieb Front Packer Plus à l’avant ; une derrière la selle.
• Sacoche de cadre fabriquée maison
• Revelate Designs Harness & SaltyRoll + Ortlieb Ultimate 6 Plus
• Top tube Red Cycling Products
• Riverside Food Pouch
Autres • Béquille Ergotec Extrem
• Garde-boue larges, de marque inconnue
• Tige de selle quelconque, de marque inconnue

Je suis passé par bon nombre de guidons. D’entrée de jeu, j’avais troqué le guidon rehaussé pour un papillon. Puis j’ai voulu essayer un cintre de gravel XL… qui ne m’a pas trop plu. Alors j’en ai essayé un autre, et tenté aussi les prolongateurs triathlon… avant de basculer sur un guidon droit assorti de cornes de part et d’autre des poignées. J’ai aussi essayé le Koga Denham et un modèle avec réhausse et 16° de backsweep. En ce moment je suis de retour au cintre gravel ; un peu moins large ce coup-ci.
Du fait de tous ces changements, je m’en suis tenu à une transmission Shimano 3×9 vitesses, qui demeure compatible aussi bien avec des cocottes de route que des manettes de VTT. Mais peut-être faudra-t-il bientôt que je change de stratégie, car il est devenu plus difficile de trouver des pièces de qualité en 9 vitesses…

Après avoir fait reposer mon poids sur une tige de selle suspendue (Cane Creek Thudbuster LT) durant un bon moment, j’ai réalisé que je n’avais pas vraiment besoin de ça pour mon confort, et que d’ailleurs je n’avais pas besoin non plus d’un cuissard molletonné. Une selle Brooks en cuir et une pratique régulière sont tout ce que réclame mon arrière-train.

#AdmireLeBiclou : Orbit Expedition des années 90

Du cyclo-tourisme traditionnel sur route et sentiers battus, j’ai progressivement dérivé vers une pratique plus portée sur les pistes cahoteuses, et j’ai revu mon équipement en conséquence.
Après avoir décidé de retirer mon porte-bagages arrière (pour pouvoir pousser plus facilement le vélo quand je n’arrive plus à pédaler), je ne savais plus où attacher mon feu arrière. Je lui ai donc confectionné un nouveau support que je visse à l’œillet de fixation du porte-bagages, au niveau de l’axe de roue. À l’avant, j’ai fait plus ou moins le chemin inverse : après avoir monté un certain temps mon phare comme indiqué dans la notice au couronnement de la fourche (et déploré que mon pneu fasse de l’ombre), j’ai fini par le déplacer sur l’avant du porte-bagages, dans lequel j’ai percé un trou où passer une vis (je ne crois pas que ça l’ait affaibli de façon déterminante).

#AdmireLeBiclou : Orbit Expedition des années 90

Sans porte-bagages arrière, j’aurais pu m’équiper d’une sacoche de selle façon bikepacking, mais je redoutais que celles-ci ne ballottent trop (c’était avant l’avènement des modèles stabilisés). J’ai donc bricolé au lieu de ça un système qui me permet de monter sous ma selle une sacoche avant ordinaire. Ça ne bouge pas du tout, et c’est plus pratique que la plupart des sacoches de selle.
Quand j’ai besoin d’emporter un peu plus de matériel, je profite du large dégagement entre mon guidon et ma roue avant pour monter à la fois un boudin de bikepacking et une sacoche de guidon classique qu’on peut emporter en bandoulière. Je bave souvent d’envie sur des sacoches telles que le Fabio’s Chest ou le Shazam, mais je n’ai pas de bon prétexte pour faire cette dépense, car ma petite combinaison offre déjà tout ce dont j’ai besoin en termes de volume et de commodité.
Au final, la bagagerie de ce vélo se trouve maintenant quelque part entre le bikepacking et cyclo-tourisme classique, ce qui correspond bien à ma pratique.

Au printemps dernier, j’ai fait l’acquisition d’un VTT de voyage ; et plus récemment on m’a offert un beau vélo de course rescapé d’une poubelle. Je craignais qu’avec ces nouvelles montures je perde un peu le goût de rouler au quotidien sur mon vieux compère. Il n’en est rien !
Si pour m’engager sur des mono-traces techniques je préfère évidemment le VTT, et que je choisis le vélo de course quand je veux brûler des calories sur le tarmac, mon bon vieil Orbit Expedition reste mon compagnon favori pour des sorties moins sportives. C’est avec lui que je me promène dans la campagne autour de chez moi, que je rejoins le bord de mer, que je vais faire des courses ou que je me rends au travail. Il est pour moi le vecteur des déambulations et des rêveries, celui qui touche au plus près les raisons qui m’ont fait venir au vélo.

Pour recevoir par email les nouvelles publications, inscrivez-vous.

Après cinq ans passés au Proche-Orient et en Amérique Centrale, ma belle et moi sommes venus au vélo par intérêt pour le voyage. D’abord un tour en notre Bretagne natale, puis quelques équipées sur des terrains plus relevés, et bientôt nous partions pour six mois de route entre Asie du Sud-Est et Asie Centrale.
Il m’est difficile à présent de concevoir un voyage sur un autre mode ; et pour toutes nos vacances ou presque, ainsi qu’un certain nombre de nos week-ends, nous chargeons le matériel de camping pour une échappée vélocipédique au grand air.

Informaticien à mes heures perdues, je suis également le développeur-éditeur-modérateur-dictateur de ce site, et du planificateur de voyages Talaria.

éditeur 113 billets 58 commentaires
Écrire un nouveau commentaire
Recevoir par email les commentaires publiés sur cette page :
  • Frédéric FA
    Frédéric FA, le 19/11/2022 à 17h12
    Bonjour Erwan,
    Super présentation! C'est une super invitation au partage.
    Un grand merci pour le travail que tu réalises avec ce webzine.
    Comme pour les robots de Google, ce média est pour moi une référence que je consulte toujours avec plaisir et confiance. J'espère sincèrement que d'autres passionnés rejoindront l'équipe pour continuer à nous offrir d'aussi bons articles à l'objectivité rare.
    Promis, je vais essayer de contribuer avec la présentation d'un de mes biclous, même si mon itinérance relève plus du vélotaf et de l'utilitaire qu'autre chose.

    Amitiés cyclistes,
    Frédéric
    • Erwan, à Frédéric FA, le 20/11/2022 à 09h50
      Merci Frédéric pour ces mots encourageants qui tombent à point nommé !
      Je lirai avec intérêt (et je sais que je ne serai pas le seul) la présentation de ton biclou. Gageons que d’autres lecteurs t'emboîteront le pas.
      Bien à toi.